Site destiné aux résidents de France Logo Sanofi
Paris | 21 novembre 2014

Les promesses de la santé connectée

La culture du numérique peut-elle améliorer les performances de santé publique ?

vidéo

LA E-SANTÉ EST DÉJÀ UNE RÉALITÉ, À NOUS D’EN FAIRE UNE CHANCE !

C’est sur cette citation que s’est ouvert le 8ème Forum Santé Publique de Sanofi sur le thème « Les promesses de la santé connectée ».

Retrouvez les moments forts de la journée.

Le programme | Paris | 21 novembre 2014

Qu’elle soit abordée sous l’angle de la télémédecine ou dans son acceptation plus large de santé numérisée, la e-santé s’invite à tous les échanges, tous les débats, tous les colloques professionnels : big data, e-patient, internet of things… les concepts se multiplient aussi vite que les innovations technologiques, suscitant l’enthousiasme, le scepticisme ou le rejet.

 

Les speechs | Paris | 21 novembre 2014

vidéo
Open data : liberté pour les données de santé !

Les enjeux soulevés par la collecte et le traitement des données de santé.
Pour ce premier speech, Thierry Marcou aborde la manière dont les usages du numérique transforment notre environnement ainsi que les dynamiques d’innovation associée à ces usages. Le monde de la santé est entré dans une séquence « disruptive » et nous assistons à un bouillonnement d’initiatives et d’innovations présentant une problématique commune qui est celle de la donnée (Data). Après une présentation des différentes facettes du numérique en santé, ce speech nous offre des perspectives intéressantes. « Faire en sorte que ce que je fais, quelqu’un d’autre puisse le réutiliser », c’est ainsi que Thierry Marcou parle d’open data.

Thierry Marcou, fondateur de la Fondation Internet Nouvelle Génération

Voir la vidéo
vidéo
Numérique ou non, la confiance reste le princeps de la relation de soin

Comment impliquer le patient pour développer les solutions e-santé ?
Hier la parole des médecins n’était pas remise en cause. Aujourd’hui la confiance se gagne ou se perd dans un monde bouleversé par Internet, la mondialisation, et par des usagers métamorphosés qui sont devenus exigeants, participatifs et informés. Antoine Vial nous présente le LIVING LAB, un dispositif nouveau de concertation entre les acteurs d’une filière, incluant les usagers finaux et leur entourage, pour imaginer, proposer et tester des solutions innovantes.

Antoine Vial, expert en santé publique, cofondateur du forum Living Lab

Voir la vidéo
vidéo
L’insight patient, nouvelle source de progrès en santé publique

Les perspectives ouvertes par les données en vie réelle.
Dans ce troisième speech Benjamin Pitrat nous éclaire sur l’insight Patient et aborde les perspectives ouvertes par le recueil des données en vie réelle et le statut de patient-producteur de données. Comment mettre les datas au profit de la recherche et de la santé publique ? Il évoque une solution pertinente : les smart datas, issues de l’empowerement du patient, des nouvelles technologies et du monde académique et au service des pathologies.

Benjamin Pitrat, cofondateur de la société Ad Scientiam, incubateur e-santé de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière.

 

Voir la vidéo
vidéo

Connais-toi toi-même

Ce que la quantification de soi peut apporter aux relations entre les patients et les médecins.
Comme nous le dit Alexis Normand, « l’innovation vient souvent de la rencontre de deux mondes qui s’ignoraient », Withings en est un bon exemple puisque cette société française d’ingénieurs est issue de la rencontre entre les télécom et le monde la santé. Dans ce dernier speech, ce spécialiste des objets connectés nous explique l’intérêt de se connaître soi-même et le support que peuvent apporter dans ce domaine de nombreux outils et applications.

Alexis Normand, responsable du développement des activités santé chez Withings, spécialiste des objets connectés au service de la santé.

 

Les tables-rondes | Paris | 21 novembre 2014

vidéo
Les nouvelles technologies : une révolution culturelle qui change notre rapport à la santé.

La révolution technologique et culturelle de la e-santé transforme notre rapport à la santé et permet notamment d’améliorer la prévention. L’innovation ne réside pas dans la technologie mais dans l’usage qui en sera fait, c’est pourquoi l’éducation du patient comme du médecin se révèle être une notion indispensable. Qu’en est-il du rôle du médecin dans la relation de soin ? La technologie ne remplacera jamais l’empathie. Ces quelques mots ne sont qu’un avant-goût de cette première table ronde, riche par la diversité des échanges et des intervenants.

 

  • Christine Balagué, Présidente de la commission services de Cap Digital, Vice-présidente du Conseil National du Numérique.
  • Yvanie Caillé, Directrice Générale de l’association Renaloo.
  • Patrick Mallea, Directeur Stratégie et Développement, Société Accelis
  • Guillaume Marchand, Médecin Psychiatre, Président et co-fondateur de DMD Santé.
  • Pascal Picq, Paléoanthropologue au Collège de France, Spécialiste de l’évolution de l’Homme, des grands singes, des entreprises et des sociétés.
Voir la vidéo
vidéo
Comment accélérer le changement de regard et de comportement des acteurs de santé publique ?

Cette seconde table ronde présente la mutation profonde dans les rapports entre acteurs de santé. Les données issues de la e-santé sont une opportunité pour innover mais il faut savoir leur donner de la valeur. Les innovations doivent bénéficier avant tout aux patients. Les patients doivent pouvoir s’impliquer et devenir des « ACTients ». Ces usagers doivent être présents au sein des Living Labs, structures pertinentes dans le domaine de la santé où la multiplication des acteurs et les contraintes réglementaires rendent difficile le déploiement opérationnel de nouvelles solutions. C’est peut être une solution pour avancer vers les promesses attendues de la santé connectée.

  • Nora Benhabiles, En charge des programmes santé, Institut List CEA.
  • Philippe Caton, Responsable des partenariats technologiques, Direction Recherche et Développement, COVEA.
  • Daniel Kaplan, Délégué Général de la Fondation Internet Nouvelle Génération, membre du Conseil National du Numérique.
  • Robert Picard, Référent Santé du Conseil Général de l’Economie, Ministère de l’Economie et des Finances, co-fondateur du Forum des Living Labs en Santé et Autonomie.
  • Giovanna Marsico, Directeur du Pôle Citoyen de Cancer Campus et de la plateforme Cancer Contribution.
  • Jean-François Thébaut, Cardiologue, membre du Collège de la HAS, Président de la Commission d’Amélioration des Pratiques Professionnelles et de la Sécurité des Patients.
Voir la vidéo
Pdf
Compte-rendu des débats

A l’heure où les GAFAs (Google, Apple, Facebook, Amazon) viennent bousculer l’ordre établi dans l’univers de la santé et où les patients deviennent acteurs à part entière du système, Sanofi veut ainsi réaffirmer son rôle d’acteur de santé mais aussi d’entreprise citoyenne pour faire avancer le débat sur les politiques de santé publique.

Télécharger le document
vidéo

Allocution d’ouverture

Par Marc-Antoine Lucchini, Président Directeur Général, Sanofi France.

vidéo

Allocution de Clôture

Par Philippe Tcheng, Vice-Président Affaires Publiques et Gouvernementales, Sanofi France.

Les Projets | Paris | 21 novembre 2014

vidéo
GORIA, l’intelligence artificielle basée sur des données personnelles

Smartphones, applications de tracking, bracelets et balances connectées… les données envahissent notre quotidien et définissent de plus en plus, aux yeux du consommateur, notre état de santé. La start’up GORIA l’a bien compris et vient de créer un tableau de bord qui centralise les données d’objets connectés. L’entreprise travaille aussi sur l’interprétation de données psychologiques, dans la perspective de formaliser la première intelligence artificielle basée sur des données personnelles.

 

Julien Daubert-Panasyuk, CEO de 10h11

Voir la vidéo
vidéo
DISDEO, le pilulier connecté

DISDEO, ou Dispositif Intelligent de Suivi et D’aide à l’Observance, est une solution de santé basée sur un pilulier intelligent, permettant une meilleure organisation des traitements ainsi qu’un suivi de l’observance. Il sécurise la préparation des traitements hebdomadaires, programme des alertes et des rappels en cas d’oubli et enregistre l’ensemble des événements. C’est un projet collaboratif, labellisé par le pôle de MINALOGIC. Six partenaires y sont associés : Inlab, CEA-Leti, Alpwise, Altran, Stiplastics et Sanofi.

 

Christel Erales, Responsable DISDEO – Unité TIPS – Clinical Supplies, Sanofi Montpellier

Voir la vidéo
vidéo
Le CREBEN, l’expérience bretonne de télé-expertise radiologique

Afin d’aider leurs confrères exerçant dans des centres moins spécialisés, les CHU de Rennes et de Brest ont créé pour la Bretagne, le Centre Régional Breton d’Expertise Neuroradiologique (CREBEN). Grâce à la numérisation des images et la création d’une interface d’envoi d’images associé à un avis écrit, les radiologues de l’ensemble de la région peuvent transférer les dossiers des patients qui leur posent problème. Un neuroradiologue de permanence analyse l’imagerie dans la journée et, dans les cas urgents, dans les 30 minutes. Il recommande la conduite radiologique la plus adaptée à la situation clinique, aide à l’interprétation et propose une explication à l’interprétation, ainsi que la conduite à tenir en termes de prise en charge radiologique éventuelle, notamment en neuroradiologie interventionnelle.

 

Pr Jean-Yves Gauvrit, Unité d’imagerie neuro faciale, Service de radiologie, CHU Rennes

Voir la vidéo
vidéo

OSICAT, une télésurveillance optimisée de l’insuffisance cardiaque

Au cours de l’insuffisance cardiaque, la télésurveillance isolée des paramètres cliniques et para-cliniques, comportant systématiquement le poids et fréquemment l’ECG, ne s’est pas révélée efficace, l’observance n’étant pas bonne et la réponse médicale souvent non programmée. Associée à un suivi téléphonique structuré, assurant une éducation thérapeutique du patient par des infirmières spécialisées, elle pourrait être plus efficace. C’est ce que testent actuellement les essais OSICAT et PIMPS, avec une télésurveillance journalière du poids et des symptômes, associée à celle des peptides natriurétiques de type B.

 

Pr Michel Galinier, Chef de Service de Cardiologie A, CHU Toulouse

vidéo

Genious Healthcare, des jeux vidéo au service de la santé

Le Groupe Genious est spécialisé dans la création et le développement de solutions e-santé via Genious Healthcare, pôle Numérique, Serious Games & E-santé. Il dispose de son propre LabCom de recherche en e-santé avec l’Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière (ICM). Parmi les projets de R&D e-santé les plus connus, on retrouve Voracy Fish, jeu thérapeutique de rééducation fonctionnelle des membres supérieurs pour les victimes d’AVC, X-TORP, jeu qui mesure l’évolution de la maladie d’Alzheimer et EHPAD’PANIC, serious game santé de formation pour le personnel en EHPAD.

 

Pierre Foulon, Directeur du groupe Genious

vidéo

PICADO, vers la première plateforme de domomédecine pour les patients pluri-pathologiques

PICADO vise à concevoir, développer, expérimenter et évaluer la première plateforme de Domomédecine pour une prise en charge personnalisée de patients pluri-pathologiques à domicile (chrono-chimiothérapie, diabète…). Soutenu par l’Académie des Technologies, ce projet rassemble acteurs de la santé, académiques (INSERM, Université de Reims, Université de Technologie de Troyes) et entreprises (Axon, Bluelinea, FSI, Voluntis et Altran), financés dans le cadre du FUI n°12.

 

Olivier de la Boulaye, directeur du Pôle santé et protection sociale d’Altran France

vidéo

Programme d’encadrement des diabétiques de type 2 avec smartphone et GPS embarqué

Le programme consiste à remettre aux patients diabétiques un smartphone possédant des capteurs de mouvement (dont les signaux ont été traités en laboratoire pour produire des algorithmes permettant de définir tous les types d’activité physique, y compris ceux de la vie quotidienne qui sont souvent brefs et/ou de faible intensité). Ce smartphone permet d’aider à adapter et surtout à maintenir les objectifs de comportements de santé (activité physique, nutrition) en interaction avec leur environnement. A la fin de la journée, en tenant compte des objectifs individuels d’activité physique fixés, des goûts du patients et de sa localisation GPS, un parcours d’activité physique sera proposé (marche, vélo, natation…) et sera enregistré sur le smartphone.

 

Pr Martine Duclos, Service de Médecine du Sport et des Explorations Fonctionnelles, CHU G. Montpied, Clermont-Ferrand

vidéo

Dispositif communiquant de monitoring du diabète.

Sanofi Diabète poursuit avec ses partenaires le développement d’une solution multi-technologique de télémédecine destinée à accompagner les patients diabétiques au quotidien et faciliter leurs échanges à distance avec leur équipe soignante. Ce projet est issu d’un partenariat entre le Centre d’Etude et de Recherche pour l’Intensification du Traitement du Diabète (CERITD), un leader de la recherche translationnelle dans le diabète, Sanofi et Voluntis, un pionnier du logiciel compagnon thérapeutique. Il est en cours d’évaluation dans le cadre d’une étude clinique de large envergure : Télésage.

 

Jean-Yves Bailly, Responsable Projet Télémédecine, Sanofi France